Le plaidoyer budgétaire en action : La campagne de la Social Justice Coalition pour améliorer les résultats en matière d’assainissement dans 3000 soumissions au budget de la ville du Cap

Par Rebecca Warner, International Budget Partnership— Aug 18, 2016

You are viewing the French translation of this post. View the English version here.

Des services d’assainissement sûrs, propres et appropriés sont essentiels pour jouir d’une qualité de vie de base. La fourniture de tels services d’assainissement par la ville du Cap en Afrique du Sud est depuis longtemps un thème de préoccupation pour les habitants de Khayelitsha et des autres quartiers informels qui entourent la ville. La plupart des familles dans ces quartiers informels n’ont accès ni à des toilettes à chasse d’eau ni à une plomberie intérieure. Au lieu de cela, elles dépendent d’installations sanitaires temporaires, telles que les toilettes ou les conteneurs mobiles. Les habitants sont obligés de parcourir de longues distances la nuit pour atteindre les toilettes, qui sont rares et distantes l’une de l’autre, ce qui pose un problème de sécurité important, en particulier pour les femmes et les enfants. Les installations sont partagées entre de nombreuses familles et ne sont pas souvent nettoyées, ce qui expose les résidents aux maladies et à d’autres risques pour la santé.

Credit: Social Justice Coalition
Credit: Social Justice Coalition

La Social Justice Coalition (SJC) et Ndifuna Ukwazi (NU) a utilisé l’analyse budgétaire pour obtenir le ralliement des habitants afin de traiter la question des installations sanitaires inadaptées tout au long du processus budgétaire de la ville du Cap. Une fois que le projet de budget est publié, la ville du Cap offre aux citoyens la possibilité de soumettre des observations afin de savoir si leurs besoins et leurs préoccupations ont été pris en compte dans le projet de budget, et invite le gouvernement à tenir compte de ces omissions dans le budget final. La SJC et NU ont utilisé le processus de soumission pour faire entendre la voix des habitants de Khayelitsha afin de lutter contre les mauvaises performances persistantes de la ville dans la fourniture des infrastructures d’eau et d’assainissement. En 2016, leurs efforts ont rencontré un succès phénoménal, avec 3000 soumissions individuelles concernant le projet de budget 2016/17 de la ville de la part des habitants de Khayelitsha et d’autres quartiers informels. La réussite de la campagne de plaidoyer budgétaire a impliqué l’éducation des habitants sur la façon dont la ville gère les services d’eau et d’assainissement, l’analyse du budget, et une formation progressive des formateurs, ce qui a permis à la campagne d’étendre la portée de ses ressources limitées.

Apprendre aux habitants à passer à l’action

En 2015, la SJC et NU ont mené un effort concerté pour aider un grand nombre d’habitants de Khayelitsha à apprendre à lire, comprendre et utiliser les chiffres inclus dans le budget afin de mettre au point l’argument selon lequel la ville pouvait et devait améliorer la façon dont elle fournit les services d’assainissement pour assurer l’accès de tous les habitants à des installations sanitaires propres et sûres.  Après une analyse minutieuse du budget consacré à l’assainissement et de la rentabilité d’installer et de maintenir des installations permanentes par rapport à des installations temporaires, la SJC et NU ont dispensé une formation des formateurs, qui ont ensuite participé à l’éducation des habitants et au recueil de leurs sollicitations. Ces actions ont entraîné 502 soumissions individuelles au projet de budget 2015/2016 de la ville du Cap – une augmentation significative par rapport aux 37 soumissions reçues par la ville pendant l’exercice de l’année précédente. De nombreuses communications ont été rédigées et remises par les résidents de Khayelitsha eux-mêmes. Elles soulignaient leur combat quotidien pour utiliser les installations sanitaires qui étaient rares et distantes les unes des autres, ainsi que les risques associés à leur utilisation.

L’élargissement de la campagne

Plus tôt cette année, la SJC a redoublé ses efforts pour attirer l’attention sur le mauvais état des services d’assainissement et le manque d’infrastructures d’assainissement durables dans les quartiers informels de la ville du Cap, rassemblant 3000 soumissions individuelles pour le projet de budget 2016-2017 de la ville. Le processus de collecte des soumissions a pris un peu plus d’une semaine, bien qu’il ait été précédé de plusieurs mois de préparation minutieuse. L’IBP a contribué à former un groupe de base de 10 membres du personnel de la SJC afin de comprendre et de participer à l’analyse du budget consacré à l’eau et à l’assainissement de la ville. De nombreux membres du groupe de base ont participé à la formation pour la campagne 2015 et ont contribué à former de nouveaux membres. Le groupe de base a ensuite formé un groupe plus large de 15 animateurs.

Lorsque le projet de budget 2016/2017 a été présenté à la fin du mois de mars, l’IBP a collaboré avec la SJC afin de mettre à jour les chiffres et les résultats dans les documents d’analyse et de formation. Le groupe de base et les nouveaux animateurs ont ensuite formé 60 membres de la SJC au cours d’un séjour sur le budget d’une durée d’un week-end. Ce groupe a recueilli les 3000 soumissions individuelles. Pour la première fois, la ville du Cap avait reçu des milliers de soumissions budgétaires directes de la part des citoyens et des travailleurs pauvres.

Cet évènement est un exploit étonnant, d’autant qu’avant la campagne 2015 de la SJC, la ville recevait rarement plus de 30 soumissions pour une année donnée. Des progrès ont également été réalisés dans la façon dont la ville a enregistré les observations : en 2015, toutes les 500 soumissions reçues étaient regroupées et enregistrées officiellement comme une seule soumission. Cette année, les 3000 ont été comptabilisées à titre de contributions individuelles.

Réflexion et prochaines étapes

Les habitants de Khayelitsha et les membres de la SJC ont marché jusqu’au bureau de la maire du Cap, Patricia De Lille, le 29 avril 2016 pour remettre en mains propres les 3000 soumissions, ainsi qu’une pétition signée par plus de 5000 habitants de Khaylitsha exigeant des « services sanitaires sûrs, propres et dignes ». La campagne et la réponse de la maire de Lille a soulevé une attention médiatique considérable, notamment une opinion de lecteur d’Albert van Zyl et Jessica Taylor de l’IBP. En outre, pendant la réunion du Conseil budgétaire, la maire à consacré une partie significative de son discours aux soumissions et au problème de l’assainissement à Khayelitsha.

Malgré le puissant plaidoyer basé sur des données probantes de la SJC, le budget d’assainissement de la ville du Cap dans les quartiers informels n’a pas changé. Toutefois, ces campagnes se déroulent souvent sur plusieurs années et leurs campagnes d’éducation et de participation du public 2015 et 2016 ont jeté les bases pour le maintien et le renforcement de la campagne. Elles ont en outre clairement démontré le pouvoir de la participation du public dans le processus budgétaire pour tenir les gouvernements responsables de leurs promesses.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *