Enquête sur le Budget Ouvert 2012

La quatrième évaluation de la transparence, la participation et le contrôle budgétaires dans 100 pays.
OBS 2012 cover

L’Enquête sur le budget ouvert 2012 révèle que la situation de la transparence et de la responsabilisation budgétaires est en grande partie catastrophique. Seule une minorité de gouvernements publient des informations budgétaires significatives. Beaucoup moins d’entre eux ont adopté des mécanismes appropriés de participation publique, et les organismes de contrôle indépendants manquent souvent des ressources et du pouvoir nécessaires pour mener à bien leurs fonctions. Un grand nombre de pays n’ont apporté que peu de changements, voire aucun, à leurs systèmes budgétaires ces dernières années et continuent à fournir des informations insuffisantes. Certains pays se sont même engagés dans la mauvaise direction en verrouillant un peu plus leurs systèmes.

Cependant, des progrès ont été réalisés. Les résultats moyens de transparence budgétaire ont augmenté dans la majorité des régions du monde. Les progrès ont été particulièrement réguliers et significatifs dans les pays qui fournissaient le moins d’informations budgétaires. Certains pays affichent des améliorations spectaculaires, dues à la fois à l’engagement du gouvernement, et à encouragements et pressions intérieures et extérieures.

En effet, les éléments de preuve de l’Enquête 2012 suggèrent que tout pays, indépendamment de sa situation géographique ou de son niveau de revenu, est capable d’enregistrer de bonnes performances en matière de transparence budgétaire. On ne saurait trop insister sur l’importance de la volonté politique d’un gouvernement à atteindre une meilleure transparence budgétaire.